Archive dans 29 mai 2022

Laisser vos chiens communiquer

Non… ce n’est pas une agression.
C’est de la communication.

Pour résumer : jeune foufou veut jouer. Vieille grincheuse n’a pas envie.

Elle le dit. Il repart plus loin.

Pour de nombreuses personnes : le fait de grogner ou de montrer les dents est preuve de « chien agressif ».
Au contraire : un chien qui communique évite les bagarres ! Il signale clairement ses intentions, son malaise ou son désaccord (ou son envie, son bien -être… ça marche aussi dans ce sens) et le vis à vis pourra adapter sa réponse.

Et si jeune foufou avait continué ?
Déjà ça aurait signe qu’il communique mal. La menace aurait augmentée et aurait pu finir en remise en place. Il était en faute.

Et si vieille grincheuse avait attaquée sans prévenir ? La faute était pour elle ! Une attaque sans signe avant coureur est preuve d’une mauvaise communication.

Pour communiquer il faut être 2.
Et quand tout le monde sait le faire : il n’y a pas de problème !
D’ailleurs ça fini par une sorte de jeu : jeune foufou venant chercher du contact sans forcer et vieille grincheuse lui accordant de plus en plus le droit de la « taquiner ».
Il y a souvent un très grand respect entre les participants. Un chouette moment à observer.
Jeune foufou a su montrer son envie. Vieille grincheuse a su dire non. Et un équilibre s’est créé entre eux pour que tout le monde y trouve son compte.

Laissons nos chiens communiquer. Merci pour eux 🙂

source : canimalin éducation Canine

Coup de gueule : nos animaux ne sont pas des êtres sans cœur

Suite à plusieurs retours d’adoption depuis quelques temps, et des retours pour certains de 2 ans d’adoption, petit rappel nécessaire.

Le refuge a un court message à passer pour rappeler les éléments essentiels d’une bonne adoption PATIENCE ECOUTE AIDE et surtout RÉFLEXION.


En effet, nous voyons bon nombre de nos pensionnaires revenir au refuge après être partis en adoption dans des familles.

Ils sont de retour le plus souvent sous différentes et surtout futiles raisons… qui sont pour la plupart de l’égoïsme et de la fierté pure .


Les bénévoles et salariées sont désœuvrés face à certains comportements dit littéralement de « consommation » on prend et renvoi si ça ne convient finalement pas en pensant que c’est à l’animal de s’adapter entièrement à leur nouvelle vie et non à eux de participer à la progression et trouver les clefs pour ce nouveau partenaire de vie.

D’un point de vue facilité, les animaux du refuge sont moins chers et sont au gré du vent interchangeables ( oui, oui pour beaucoup c’est la pensée)


Pour rappel l’adoption n’est pas un acte anodin, nos pensionnaires ont subis chacun des traumatismes d’abandon mais aussi ont souffert d’autres souffrances difficilement imaginables !

Nous recherchons alors des familles sérieuses, compréhensives, patientes mais surtout prêtes à faire rentrer leur compagnon à 4 pattes dans leur famille !

Adopter au refuge ne doit pas résonner comme une facilité de retour si il y a des contraintes, la réflexion est primordiale car pour nos poilus, c’est une chance de sortie après un lourd passé et un triste temps passé derrière les grilles ! 


L’équipe du refuge travaille dur et met en place de nombreuses alternatives pour travailler sur l’anxiété, l’angoisse et les comportements de nos pensionnaires (Comportementalistes, ostéopathe, médecine naturelle en suivi, conseils par éducateurs reproduit au refuge chaque jour) il est alors primordial de bien prendre en compte les informations données et continuer les suivis s’ils s’avèrent nécessaires pour l’équilibre de votre futur compagnon.


Pour vous ce n’est qu’un chien, pour lui vous êtes sa vie ! »

La cynobacterie ou algues bleu-vert . Carte des vigilances

Les algues bleu-vert, aussi appelées « cyanobactéries », sont naturellement présentes dans les plans d’eau du Québec et envahisse la France.

Elles se multiplient surtout en été. Lorsqu’elles deviennent très abondantes, les algues bleu-vert forment ce que l’on appelle des fleurs d’eau, qui peuvent s’étendre dans une partie ou dans la totalité d’un plan d’eau.

L’eau prend alors une couleur verte et sa texture devient semblable à celle de la peinture ou d’une soupe au brocoli. De l’écume peut aussi apparaître à la surface de l’eau.

C’est généralement lorsque l’on commence à voir de l’écume que les fleurs d’eau algues bleu-vert peuvent présenter un risque pour la santé. Il ne faut pas que cette eau soit en contact avec la bouche.

Environs 30 minutes après voici les symptômes : Le chien peut faire des bruits bizarres vomir et faire ses gros besoins dans la voiture. A ce moment là, dirigez vous au plus vite vers un vétérinaire.

Voici quelques conseils pour éviter toute contamination :
🔹 Renseignez-vous sur l’état des zones de baignade
🔹 Évitez le plus possible les zones contaminées
🔹 Inspectez minutieusement l’eau avant chaque baignade
🔹 Lavez et rincez le plus tôt possible votre chien s’il a été en contact avec l’eau d’une zone contaminée

Si votre chien a bu de l’eau contaminée ou se lèche après s’être baigné dedans, vous devrez l’emmener en URGENCE chez votre vétérinaire. ⚠️

Source : espritdog

Mais surtout, ne prenez pas peur à chaque fois que votre chien va se baigner, c’est un réel plaisir pour la majorité des chiens 🐶

L’auto-mutilation chez le chien

L’auto-mutilation chez le chien peut prendre de nombreuses formes. Si votre chien s’arrache les poils, se gratte frénétiquement, se mord les pattes ou tourne en rond pour s’attraper la queue, il est fort probable que ce soit de l’automutilation.

Qu’est ce que l’auto-mutilation ?

Chez nos amis les chiens, l’automutilation s’exprime à travers des comportements qui diffèrent beaucoup d’un individu à un autre. Peu importe ce que votre chien s’inflige, ces comportements traduisent tous un mal-être chez votre animal, sans exception. En effet, un chien qui s’automutile cherche malheureusement une porte de sortie à la souffrance qu’il ressent. Cela peut correspondre à une trop forte émotion, une douleur psychique et parfois même physique. Vous pouvez vous rendre compte que votre chien s’automutile si vous l’observez en train de se lécher ou de se mordiller de manière récurrente jusqu’à engendrer une blessure. Il peut également tourner en rond très régulièrement et de manière obsessionnelle pour essayer d’attraper sa queue. Certains chiens se grattent également de manière excessive jusqu’à entraîner une plaie ou s’arrachent frénétiquement les poils. Tous ces signaux doivent vous alerter, car votre chien ressent certainement un mal-être profond.

Pour qu’elles raisons fait-il cela ?

Malheureusement, les raisons pour lesquelles se manifeste l’automutilation chez le chien sont aussi nombreuses qu’il y a de chiens en souffrance. L’automutilation est très souvent liée à un stress important. C’est en essayant d’évacuer ce stress par tous les moyens que votre chien termine par trouver la « solution » de l’automutilation. En effet, c’est un moyen pour lui de transférer la douleur à un autre endroit. Le chien peut aussi s’automutiler par ennui et développer des tics d’habitude. Certains animaux gèrent effectivement très mal leur frustration et se mordillent les pattes pour faire passer le temps. Il est également possible qu’à la suite d’un traitement parasitaire, votre chien continue de se gratter à l’endroit où se trouvaient les parasites par simple habitude. Enfin pour certains chiens, l’automutilation est liée à un manque d’attention. Si votre chien réussit à attirer votre attention en s’automutilant, il recommencera inlassablement en guise d’appel. Attention cependant, tous les chiens qui ressentent un mal-être ne s’automutileront pas nécessairement. Ils l’expriment parfois différemment en devenant des chiens destructeurs par exemple.

Que faire si votre chien se mutile :

Pour commencer, nous vous conseillons vivement de prendre rendez-vous chez votre vétérinaire. Si votre chien se blesse véritablement, il est indispensable d’ausculter et de soigner ses plaies. Dans un premier temps, sachez que si votre chien se blesse cela ne veut pas forcément dire qu’il s’automutile. En effet, il peut également souffrir de parasites ou d’une maladie qui lui déclenche des démangeaisons. Dans ce cas, votre vétérinaire ne mettra pas beaucoup de temps à le diagnostiquer et à trouver un traitement adapté. Dans le cas contraire, s’il s’avère que votre chien ne souffre d’aucune maladie de peau, il convient alors de trouver la cause du mal-être de votre chien avec l’aide de votre vétérinaire. En fonction de ce qui sera découvert, vous pourrez adapter le traitement ou les actions à mener.

Seul votre vétérinaire est capable d’établir un diagnostic pour savoir si votre chien souffre d’une maladie de peau ou de troubles obsessionnels compulsifs dus à un mal-être. Ne paniquez surtout pas, mais consultez le plus rapidement possible un vétérinaire. Plus vite vous découvrirez le trouble dont souffre votre chien, plus efficace sera le traitement que votre vétérinaire lui prescrira.

Astuces pour protéger vos chiens et chats de la chaleur

Pour éviter le coup de chaleur à votre animal, il peut lui être fatal, suivez les conseils d’Animaux-online. C’est par ici !

1 – Ne le laissez pas enfermé dans une voiture à l’arrêt et en plein soleil l’été, même si les fenêtres du véhicule sont ouvertes.

2 – Evitez les trajets en voiture ou les promenades aux heures chaudes.

3 – Si vous êtes obligé de prendre la route, prévoyez un paresoleil, de l’eau et si possible une climatisation.

4 – Ne lui faites pas pratiquer de l’exercice par temps chaud.

5 – Multipliez les gamelles d’eau pour qu’il puisse s’hydrater régulièrement. 

6 – Passez un gant de toilette humide sur sa fourrure pour aider son organisme à faire descendre sa température corporelle. 

7 – Brossez sa fourrure pour lui retirer un maximum de poils. 

8 – Laissez à sa disposition un accès à une pièce fraîche et ventilée. 

9 – Nourrissez votre animal de préférence en fin de journée car la prise de repas augmente la production de chaleur. 

10 – Donnez-lui de préférence de la pâtée, car elle contient plus d’eau que les croquettes. 

Certaines races canines et félines supportent moins bien la hausse du mercure.

  • Le bouledogue anglais ou le persan, à cause de leurs faces écrasées, ont du mal à accélérer leur ventilation.
  • Les animaux au pelage foncé et les grands gabarits s’échauffent plus rapidement.
  • Chez les chiots et les chatons, les mécanismes de refroidissement ne sont pas encore au point.
  • et chez les plus âgés, ils ne fonctionnent plus aussi bien.
  • L’état de santé est aussi à prendre en compte. Attention aux insuffisances cardiaques ou respiratoires.
  • Enfin, trop maigres ou trop gros, nos animaux ne sont plus en état de faire fonctionner normalement leurs mécanismes de défense contre la chaleur. Les maîtres doivent donc se montrer vigilants.
Tous droits réservés SPAE Évreux - Copyright © 2020 - Mentions Légales - Édition bénévole par Eight Design