Archive dans 20 décembre 2021

Plante dangereuse offerte à Noël 🎅

Elles sont si jolies mais se révèlent être toxiques pour les animaux.
Ingérées en grandes quantités, ces plantes peuvent même entrainer la mort de votre compagnon.

♦𝗟𝗲 𝗣𝗼𝗶𝗻𝘀𝗲𝘁𝘁𝗶𝗮 ou Fleur de Noël :
est malheureusement aussi jolie que toxique pour les animaux, qu’il s’agisse de sa fleur, sa tige ou ses feuilles.
Elle peut entraîner chez le chat ou le chien une salivation importante, des vomissements, diarrhées et des troubles nerveux (dilatation des pupilles, excitation, paralysies).


♦ 𝗟𝗲 𝗛𝗼𝘂x

Plante de décoration naturelle type ou d’hornement de bouquet, elle est dangereuse pour les chats et les chiens. Ce sont surtout les baies de la plante qui sont dangereuses, mais les feuilles sont toxiques elles aussi.
Leur ingestion peut provoquer : salivation importante et troubles digestifs. Mais le taux de mortalité est très faible.


♦ 𝗟𝗲 𝗚𝘂𝗶 :
La plante qui apporte chance dans une maison et celle ou la tradition veut que l’on s’embrasse dessous est toxique mais ce sont ses petites baies blanches qui le sont d’autant plus.
Soyez vigilants lorsqu’elles tombent au sol, car vos compagnons peuvent jouer avec et les ingérer.
Leur ingestion peut provoquer: salivation excessive, troubles digestifs, dilatation des pupilles, convulsions. En cas d’ingestion massive, elles peuvent entrainer la mort de votre petit compagnon.


♦ 𝗟𝗮 𝗕𝗿𝘂𝘆𝗲𝗿𝗲 : Plante que beaucoup de personnes ont dans leur jardin, l’ingestion de cette plante peut entrainer des troubles digestifs mais également des troubles cardiaques et neurologiques.


♦ 𝗟𝗮 𝗥𝗼𝘀𝗲 𝗱𝗲 𝗡𝗼𝗲̈𝗹 :
Superbe plante mais son ingestion entraine salivation, vomissements, diarrhée et troubles neurologiques.

𝗦𝗼𝘆𝗲𝘇 𝗽𝗿𝘂𝗱𝗲𝗻𝘁𝘀 😉et assurez-vous que ces plantes et leurs petites bouboules soient hors de portée de vos compagnons à 4 pattes !

En cas de besoin, n’hésitez surtout pas a téléphoner à votre vétérinaire.

Coryza du chat

Le coryza du chat, qui touche souvent le chaton, est une maladie virale associée à un syndrome respiratoire que certains appellent « grippe du chat » (même si le virus de la grippe n’est pas impliqué). Les principaux symptômes de cette « rhinotrachéite virale » se rapprochent plutôt d’un gros rhume, avec des spécificités qui ne le rendent pas banal.

Dans cette maladie, les symptômes respiratoires peuvent se compliquer rapidement et prendre une tournure telle que l’état général du chat atteint de coryza se dégrade très vite.
Le décès de l’animal est alors possible, surtout chez les chatons plus fragiles et sensibles à ce rhume particulier.

Lire la suite

Naturopathe animalier

A l’image de leurs propriétaires, nos compagnons à poils ou à plumes ne sont pas seulement victimes de petit bobo de la vie mais aussi de mal être s’inscrivant dans une sédentarité chronique, un environnement de plus en plus stressant ( surtout dans des conditions tel que l’arrivee en box, le bruit, le froid, la solitude… ) …

Tous comme leurs propriétaires, les animaux sont soumis au stress, à l’anxiété ou à la frustration, influençant alors grandement sur leur énergie vitale et leur bien-être en général.

Lire la suite

Hypothermie chez le chien et le chat

Les signes d’hypothermie chez nos chiens et chats.

Chaque année, de nombreux chats et chiens souffrent d’hypothermie. Dans le pire des cas, ils peuvent en mourir. Comment éviter que cela arrive ? Quels signaux faut-il surveiller ?

On parle d’hypothermie lorsque la température corporelle d’un être vivant est largement inférieure à sa température habituelle. Les chats et les chiens ont une température interne de 38,5 °C (101 °F), soit légèrement plus élevée que celle des humains, qui est de 37,5 °C (99,5 °F).

Évidemment, une exposition trop longue au froid est l’une des causes principales de l’hypothermie. Les facteurs vents et neige sont également à prendre en compte. Tout comme les humains, les chiots ou les chatons sont plus sensibles aux températures basses, ainsi que les animaux plus âgés.

Les premiers signes se manifestent lorsque la température corporelle est inférieure à 36 °C (97 °F). Il est important d’agir le plus rapidement possible afin d’éviter qu’il n’y ait des séquelles.

Les premiers symptômes :

  • Tremblement ;
  • Léthargie, somnolence ;
  • Respiration lente ou difficile ;
  • Difficulté à se mouvoir (raideur musculaire, lenteur, douleur aux pattes).

Si vous constatez ces premiers symptômes, il est nécessaire, pour la vie de votre animal, de le mettre à l’abris et de le sécher, de le couvrir, et de le réchauffer progressivement (pour éviter les chocs thermiques) avec une couverture chauffante ou une bouillotte. Vous pouvez également le serrer doucement contre vous. Une fois qu’il aura repris ses forces, auscultez-le pour vérifier qu’il n’a pas été brûlé par le froid. Les zones sensibles sont celles sans ou avec peu de poils (oreilles, museaux, pattes, anus et parties génitales). Vous pouvez vous rendre chez le vétérinaire pour valider son état de santé.

Le second palier de symptômes nécessite d’effectuer les premiers soins cités plus haut, et de se rendre obligatoirement chez le vétérinaire.

  • Rythme respiratoire irrégulier ;
  • Pupilles dilatées et un regard fixe ;
  • Bradycardie ;
  • Chute de pression artérielle ;
  • Muqueuses pâles ;
  • Coma.

Dans le meilleur des cas, le vétérinaire continuera de le réchauffer grâce à des lampes infrarouges ou des tapis électriques. Il vérifiera également si votre animal ne présente pas de séquelles. Dans le pire, il pourrait effectuer une dialyse, permettant de réchauffer l’animal progressivement.

Pour éviter que cela arrive, ne laissez jamais votre animal dehors sans supervision et dans notre cas, aidez nous, en apportant couvertures et manteaux imperméable et chaud mais surtout en ADOPTANT et en N’ABANDONNANT PAS.

Tous droits réservés SPAE Évreux - Copyright © 2020 - Mentions Légales - Édition bénévole par Eight Design