L’échelle de l’agression canine

L’échelle de l’agression canine

L’ECHELLE DE L’AGRESSION CANINE – ÉVITER UNE MORSURE

C’est un repartage qui n’est jamais de trop. Des connaissances simples, plus que nécessaires pour éviter l’escalade de l’agression et limiter le risque de morsure.
L’échelle de l’agression canine a été proposée par Kendall Shepherd, une vétérinaire comportementaliste Britannique, spécialiste de l’agressivité chez le chien. Elle explique les différents comportements qu’un chien peut exprimer pour indiquer son inconfort et mettre fin à une interaction.

➡️ Les signaux du bas de l’échelle sont des signes de stress et des signaux d’apaisement. Ils sont communicatifs dans le sens où ils permettent surtout à l’autre individu de comprendre l’état émotionnel de l’animal. Nous ne sommes pas certains que ces signaux soient utilisés de manière volontaire et controlée. Ils peuvent toutefois indiquer un inconfort et il est important de les prendre en compte.

➡️ Les comportements du milieu de l’échelle sont plus de l’ordre de l’évitement; le chien cherche à se sortir de cette situation. Il y a également des postures d’apaisement par lesquelles le chien indique à l’autre individu qu’il ne souhaite pas entrer en conflit.

➡️ Le haut de l’échelle montre des comportements plus offensifs, dont l’intention est généralement exprimée par une posture figée, grandie et un regard fixe. Le chien avertit et quand même le grognement échoue, il mord.

ÉVALUER LE CONTEXTE :

Ces différents signes reflètent généralement l’intensité de la menace perçue et du stress ressenti. Ils ne sont pas forcément exprimés dans cet ordre et peuvent apparaitre aléatoirement. Leur expression dépend donc des circonstances; individu, stress, expériences précédentes, état émotionnel, santé. Cela dit, si la situation qui met le chien mal à l’aise ne change pas aux premiers signes exprimés, l’escalade est quasiment inévitable. Dans le cadre d’une interaction, ces signes nous indiquent qu’il faut STOPPER L’INTERACTION et éventuellement, prendre de la distance.

Les comportements présentés sur ce document sont les plus courants dans le contexte d’une interaction problématique qui peut conduire à une morsure. Ils sont plus ou moins marqués selon les chiens, leur apprentissage, leur tempérament, leurs expériences.

Il est aussi important d’analyser le contexte dans lequel ces comportements apparaissent. Certains peuvent apparaître séparément dans des contextes totalement différents. Par exemple: le chien bâille lorsqu’il se réveille, il grogne quand il joue, s’allonge sur le dos pour avoir des gratouilles ou quand il est totalement détendu.

Un chien qui se lèche la truffe par stress sera souvent un peu tendu, avec un air ‘inquiet’. S’il se lèche les babines quand il y a de la nourriture, vous verrez aussi un regard plus ‘allumé’ et d’autres comportements évoquant une émotion positive. De plus, les signaux d’apaisement peuvent apparaitre dans certains contextes plus ‘positifs’; le chien s’apaise suite à une émotion positive forte. J’espère que cela vous donnera une meilleure idée des nuances.

IL MORD SANS PRÉVENIR:

Si les chiens en ont l’occasion, ils préfèreront généralement éviter le conflit. Beaucoup expriment les comportements qui se trouvent sous le grognement, sans que l’humain ne s’en rendent compte. Le premier signe bien perçu est généralement le grognement. Plusieurs raisons font qu’un chien ‘mord sans prévenir’:

➡️ Les signaux sous la morsure ne sont pas pris en compte. Le chien a tenté d’exprimer son inconfort, mais il n’a pas été écouté.
➡️ Le chien a appris par expérience que les stratégies d’évitement ou d’apaisement ne fonctionnent pas. Il opte pour une stratégie efficace pour éloigner un individu; la morsure.
➡️ Le chien ressent un stress intense et il n’a pas la possibilité de s’éloigner. La réponse ‘combat’ s’active rapidement.

CONSEILS:

➡️ Bien sociabiliser son chiot afin qu’il maîtrise les codes de communication canine.
Il faut qu’il pratique le langage canin le plus possible, avec des congénères expérimentés. C’est en pratiquant, qu’il communiquera bien – même avec l’humain. Un chiot pratique mieux la communication avec des adultes équilibrés (joueurs ou non) qu’avec d’autres chiots, mais jouer avec des copains de son âge est un grand plaisir pour lui, et il ne faut pas non plus les éviter.

➡️ Connaître la communication canine et bien observer son chien.
Il est important de déceler quand un chien est mal à l’aise lors d’une interaction. On analyse la situation et on agit pour l’aider – on augmente la distance physique entre lui et l’individu visé, on lui donne également un signal d’apaisement, on le laisse tranquille. Cela contribue à lui apprendre que les signaux autres que ceux du haut de l’echelle sont efficaces.

➡️ La communication peut tenir une place importante dans l’évitement des conflits, mais sachez que les problèmes d’agressivité peuvent avoir des causes et influences multiples. L’apprentissage, la socialisation, les expériences passées, des douleurs (entre autres) – le mieux est d’évaluer toutes ces possibles influences avec un professionnel qualifié.

source : vox canis comportement du chien

SPAE Évreux

Les commentaires sont fermés.
Tous droits réservés SPAE Évreux - Copyright © 2020 - Mentions Légales - Édition bénévole par Eight Design