L’agression redirigée : qu’est ce que c’est ?

L’agression redirigée : qu’est ce que c’est ?

Bonjour, on parle d’agression redirigée lorsqu’il y a morsure  » involontaire  » de votre chien, il redirige son stress sur quelque chose ou sur quelqu’un pour évacuer sa tension.

C’est encore plus vrai, chez certains de nos pensionnaires, voilà pourquoi, nous vous prévenons de son état et que nous vous disions que le refuge ne peut plus faire évoluer l’animal mais qu’en maison accompagné et avec de la patience vous y arriverez.

Cette article est pour vous mais aussi nos caractériels, nos chiens « difficiles » : Falastatt. Gipsi. Ola. Odin. Lover. Edgard. Jane. Snoopy . On vous aime, et on fera le maximum.

l’article suivant est très bien expliqué de  » sylvie parlons de chien  »

Il était récemment question d’impulsivité. A ce propos, l’agression redirigée survient lorsqu’un chien, face à un élément perturbateur, est la proie d’une tension telle qu’il perd le contrôle de lui-même. Il réagit alors par une action irréfléchie et impulsive, destinée à rétablir son homéostasie (équilibre émotionnel). Elle n’est pas dirigée vers le déclencheur, généralement inaccessible, mais vers une autre cible, neutre, proche et accessible.

En d’autres termes, lorsqu’un chien éprouve une émotion impossible à gérer (peur intense, stress, colère, frustration,…), mais que la cause de cette émotion n’est pas à sa portée, il peut, par réflexe, pour se soulager de sa tension et retrouver son calme, éprouver le besoin de mordre. Il se jette alors sur l’objet de remplacement le plus proche de lui ou le plus accessible. Ce peut être son humain, un membre de la famille, un autre animal du foyer, un congénère, voire un passant qui se trouve à proximité. C’est l’un des cas les plus fréquents de morsure par son propre chien.

Généralement, l’agression redirigée :
• est accompagnée d’une très forte excitation, qui provoque le besoin irrépressible de décharger la tension accumulée
• est causée par un stimulus inaccessible ou qui a été rendu inaccessible
• se produit alors que le chien a, tout près de lui, un sujet neutre, humain ou non humain, ou un individu qui l’a empêché d’accéder au stimulus déclencheur

L’attaque, est :
• le plus souvent imprévisible, car, s’il y a eu menace, elle n’a pas été dirigée vers la cible finalement victime
• généralement très forte, parce qu’elle est totalement incontrôlée : le chien n’est absolument pas conscient de ce qu’il est en train de mordre, et toute sa tension s’évacue d’un seul coup
• dépourvue de toute intention négative pour le sujet mordu, puisqu’il s’agit un mouvement totalement réflexe et involontaire sur un objet de substitution

Ce comportement peut être observé notamment :
Contre l’humain :
• lorsqu’ il contrôle fermement un chien tenu en laisse courte qui se montre agressif envers un congénère ou un passant
• lorsqu’il essaie d’intervenir au cours d’une bagarre entre chiens
• (on notera que le risque augmente si l’humain tente d’intervenir par un contact – caresse destinée à l’apaiser, geste pour l’écarter du stimulus ou le saisir, par exemple – )

Contre l’humain ou un autre animal du foyer :
• lorsqu’un chien réagit à une intrusion ressentie mais que la cible est invisible (on frappe ou on sonne à la porte, on entend la sonnerie du téléphone,…)
• lorsqu’un chien réagit à un bruit (pétard, feu d’artifice, orage, ultra-son,…) qui l’effraie ou lui fait mal

Entre congénères :
• lorsque plusieurs chiens sont devant un grillage, une porte, une fenêtre et réagissent à un stimulus inaccessible à cause de la clôture (passant, autre animal,…)
• lorsque deux chiens sont promenés en laisse double et que l’un d’eux réagit contre un congénère, un chat, un gibier, un passant,…

Dans un premier temps, pour gérer l’urgence et éviter que le chien ne redirige son agressivité sur son humain, un congénère ou un autre animal, l’idéal est au départ de limiter les causes d’émotion. On anticipe au maximum les situations irritantes ou anxiogènes pour lui, et on fait en sorte qu’il ne monte pas en excitation. Moins il ressentira de stress, moins il aura besoin de s’en décharger, moins les individus à proximité risqueront de devenir la cible de sa réaction.

Parallèlement, l’agression redirigée étant du domaine du réflexe, il est peu réaliste de penser traiter le comportement lui-même à l’aide d’une méthode basée sur la récompense. Il s’agira plutôt d’entamer un travail de fond destiné à favoriser le calme, et à donner au chien la capacité à mieux gérer ses émotions. Dans les cas extrêmes, il peut s’avérer nécessaire de recourir à une médication pour accompagner la gestion comportementale.

Alors que le chien est en cours d’apprentissage du calme et de la gestion de l’émotion, s’il commence à être moins esclave de ses impulsions, et si on ne peut éviter une situation qu’on sait à risque, on peut tenter (sans garantie de réussite) de l’amener à rediriger de façon consciente son stress sur un support neutre (boudin, nœud de corde, par exemple).

Dans tous les cas, ce comportement, s’il est répété, nécessitera l’aide d’un professionnel compétent.

SPAE Évreux

Les commentaires sont fermés.
Tous droits réservés SPAE Évreux - Copyright © 2020 - Mentions Légales - Édition bénévole par Eight Design